Un protocole sanitaire, alors que les clients s'en foutent

Un protocole sanitaire, alors que les clients s'en foutent

Pour la restauration, le déconfinement a été synonyme d'adaptation : avec l'application du protocole sanitaire imposé pour la réouverture, la profession a du modifier sa manière d'accueillir quotidiennement ses clients.

Hors, et cela n'a échappé à personne : on observe un "relâchement" dans le respect des règles sanitaires.

Moins de gens portent des masques, on se refait la bise / se serre la main, on ne respecte plus les distances de sécurité en faisant la queue au magasin...

Nous avons donc, d'un côté, des professionnels qui doivent respecter des contraintes fortes, et de l'autre, des particuliers qui ne montrent pas grand intérêt à ces mesures, voir même qui les considèrent comme "nuisibles".

Et c'est là toute l'ambiguïté de la situation : l'urgence sanitaire nous paraissant aujourd'hui éloignée, cette dernière se confronte directement aux impératifs économiques et nos usages de confort de vie.

Entre réaction épidermique et impératif sanitaire : quel avenir conciliable peut-on envisager entre convivialité et hygiène ?

La complexité d'appliquer les règles

La nature d'un restaurant est d'être conviviale, là où le masque protège/sécurise en séparant les individus.

Masque obligatoire pour tous les collaborateurs, et masque obligatoire pour les clients en déplacement : plus que les autres règles, le masque cristallise l'agacement.

Et surtout : il nécessite que les clients soient venus avec leur propre masque. On imagine la contrainte lorsque, dans un groupe de personnes, un client ne possède pas le sien. On refuse l'ensemble du groupe ?

Difficile à imaginer, alors que le taux de remplissage des restaurants n'est pas au beau fixe (entre 50 et 70% du remplissage par rapport à la même période l'année passée).

#On notera l'excellente initiative de Flunch, qui propose la vente de masques dont les bénéfices sont reversés au Secours Populaire français.

Des règles vécues comme injustes

Car depuis le début de l'application du protocole sanitaire, beaucoup de professionnels le soulignent : pourquoi imposer des règles aussi strictes dans les restaurants, et rien dans les magasins/supermarchés par exemple ?

Cette distinction a plusieurs effets néfastes :

  • appliquer des règles différentes suivant le lieu (accueillant du public), c'est s'assurer que les règles soient mal intégrées par tous
  • c'est objectivement incohérent, et cela décrédibilise globalement l'application des règles sanitaires, donnant l'impression que "ce n'est pas grave de ne pas les respecter"
  • cette asymétrie des efforts à mettre en place génère l'incompréhension et la défiance des professionnels

Fatalement, une partie appliquera les règles et une autre laissera tomber.

Cet article de l'actu.fr résume bien les choses : https://actu.fr/normandie/cherbourg-en-cotentin_50129/un-protocole-sanitaire-a-plusieurs-vitesses-l-incomprehension-grandit-dans-les-bars_34688815.html

Les clients s'en fichent, vraiment ?

On peut imaginer qu'après plusieurs mois de confinement, le "ras-le-bol" soit général.

Difficile de ne pas voir les différentes scènes d'attroupement, durant la fête de la musique par exemple, ou encore aux terrasses, qu'on voit remplies lorsque le soleil est présent.

Oui, mais.

La restauration en salle "classique" accuse toujours 30 à 50% de baisse de chiffre d'affaires sur la période.

On observe également la naissance de certains commentaires, se plaignant des conditions d'hygiène :

  • "Nous avons été accueilli par un serveur qui ne portait pas de masque"
  • "Les menus sont restés les mêmes, et ça m'étonnerait qu'ils soient lavés entre chaque client"
  • ...

La réalité est évidemment plus complexe. Mais comme dans toutes périodes "clivantes", nous avons d'une part des gens qui se moqueront des règles en vigueur, et d'autres qui les appliqueront à la lettre.

Et le problème, pour un restaurant, c'est que sa clientèle est composée... de tout le monde. Aussi, se poser la question sur la manière de faire cohabiter ces populations sera clef pour la suite de son activité.

Se poser la question de l'évolution des usages, à l'échelle de l'ensemble de la population c'est comprendre ce qui est actuellement en train de se jouer.

Pour finir de vous convaincre :

https://www.lefigaro.fr/societes/98-des-gens-portent-un-masque-dans-le-metro-parisien-la-ratp-veille-au-respect-des-consignes-20200515

(98% des gens respectent le port du masque dans le métro parisien, et on constate le même respect par chez nous @ilévia).

Chez ReactEvent, on pense que dans un sens ou dans l'autre, l'hygiène aura une place encore plus centrale dans notre rapport aux lieux publics.

A très vite,

REACTEVENT